Historique | NL
Plus qu'aucune autre, la firme Peugeot est une affaire aux origines familiales très anciennes puisque celles-ci nous font remonter au règne de Louis XIV. Le   premier   Peugeot   connu   est   Jean-Jacques,   né   en   1699,   qui   devient meunier   vers   1725,   soit   une   dizaine   d'   années   après   la   mort   de   Louis   XIV. Le   moulin   de   Jean-Jacques   borde   le   Gland,   petit   affluent   du   Doubs.   Lorsqu'   il   disparaît   prématurément   en 1741,   Jean-Jacques   laisse   un   fils   -   Jean-Pierre   (1734-1814)   -   mais   il   est   très   jeune   est   ce   n'   est   pas   lui   qui hérite   le   moulin.   Celui-ci   revient   à   Jean-Georges   (l'   un   des   frères   de   Jean-Jacques)   qui   continue   à   moudre le grain pendant près de cinquante ans, c' est-à-dire jusqu' à la Révolution. En   1793,   Jean-Georges   fait   construire   un   autre   moulin.   mieux   placés   à   l'   abri   des   aléas   des   mortes   eaux; ce   nouveau   moulin   se   situe   au   lieu-dit   Sous-Cratet,   à   la   sortie   du   village   d'   Hérimoncourt.   Nous   le   verrons, le moulin de Sous-Cratet deviendra le berceau des activités industrielles de la famille Peugeot. Revenons   à   Jean-Pierre,   qui   avait   seulement   sept   ans   lorsque   son   père   Jean-Jacques   meurt   en   1741. Puisqu'   il   n'   a   pas   pu   hériter   le   moulin   paternel,   il   se   tourne   vers   l'   industrie   textile.   Il   devient   tisserand- teinturier   dans   les   années   1760,   après   avoir   lancés   plusieurs   entreprises,   notamment   une   huilerie,   un moulin   à   lin   et   une   batteuse   à   blé;   ces   diverses   activités   de   Jean-Pierre   Peugeot   se   déroulent   toutes   à Hérimoncourt   dont   il   devient   le   mère.   Il   meurt   à   80   ans,   en   1814,   année   de   l'   abdication   de   l'   Empereur Napoleon Ier. Avant   de   mourir,   Jean-Pierre   Peugeot   a   le   temps   de   discerner   l'   orientation   nouvelle   que   ses   descendants comptent   prendre.   Dès   1810   en   effet,   deux   de   ses   fils   -   Jean-Pierre   lui   aussi   (1768-1852)   et   Jean-Frédéric (1770-1822)   -   ouvrent   I'   ère   industrièlle   de   Peugeot   lorsqu'   ils   décident   de   transformer   en   fonderie   d' acier   le   moulin   familial   de   Sous-Cratet.   Ils   sont   alors   âgés   respectivement   de   42   et   40   ans.   Jean-Frédéric meurt   assez   jeune,   en   1822;   Jean-Pierre   au   contraire   vit   jusqu'   à   84   ans.   Il   s'   étaint   en   1852   en   laissant deux   fils,   Jules   (1811-1889)   et   Emile   (1815-1874),   qui   ont   chacun   un   héritier:   Eugène   né   en   1844   et Armand né en 1849. Celui-ci sera le premier Peugeot à s' intéresser aux "voitures sans chevaux." De   génération   en   génération,   l'affaire   Peugeot   se   développe   et   les   unsines   se   multiplient.   En   1832,   la Société   "Peugeot   frères   ainés"   est   créee   et   l'   année   suivante   commence   la   construction   de   l'   usine   Terre- Blanche,   voisine   de   la   fonderie   de   Sous-Cratet.   En   1846,   Jules   et   Emile   achètent   une   autre   usine   à Valentigney. Pour   cette   acquisition,   ils   s'   associent   pendant   cinq   ans   avec   la   famille   Japy   (   les   horlogers),   puis   ils deviennent propriétaires à part entière de Valentigney et fondent la Société "Peugeot frères". Les   fabrications   de   la   famille   Peugeot   sont   très   diversifiées:   elles   se   basent   toutes   sur   l'acier   (scies   à ruban,   ressorts,   outils   pour   menuisiers   et   charpentiers,   baleines   de   corset,   montures   de   parapluies, etc...).   En   1850,   les   Peugeot   commencent   à   produire   leur   fameux   moulin   à   café,   puis   à   partir   de   1857,   ils s'   intéressent   à   l'   énorme   marché   qui   représente   la   crinoline   dont   la   mode   est   née   cinq   ans   plus   tôt,   à   l   ' orée   du   Second   Empire.   Pour   produire   les   grandes   quantités   de   cerceaux   d'acier   qui   constuent   les armatures   des   crinolines,   Jules   et   Emile   Peugeot   doivent   s'   agrandir   en   acquérant   le   moulin   de   Beaulieu, voisin   de   Valentigney.   Ils   l'   aménagent   en   usine   et   le   spécialisent   dans   cette   fabrication   très   particulière qui cessera seulement en 1877 avec la mort de la crinoline. Entre   temps,   en   1864,   l'   autre   branche   de   la   famille   (les   descendants   de   Jean-Frédéric   qui   exploitent   aussi depuis    1846    une    usine    à    Pont-de-Roide,    a    revendu    le    moulin    de    Sous-Cratet    aux    Jappy    qui    l'ont transformé   pour   y   produire   le   laiton   nécessaire   à   leurs   pièces   d'   horlogerie.   Les   fils   de   Jean-Frédéric   se sont   dispersés   davantage   que   ceux   de   son   frère   Jean-Pierre.   Certains   ont   poursuivi   le   travail   de   l'   acier   à Sous-Cratet   et   Pont-de   -Roide,   d'   autres   ont   confectionné   des   accessoirses   de   machines   à   tisser,   un dernier est agriculteur à la ferme de Belchamp. Jules   et   Emile,   les   descendants   de   Jean-Pierre,   disposent   d'un   groupe   de   production   plus   homogène   et plus   puissant,   constitué   par   les   trois   usines   bien   équipées   de   Terre-Blanche,   Valentigney   et   Beaulieu.   Vers 1880, ces usines figurent parmi les premières de France à bénéficier du téléphone, nouvellement inventé. En   1969,   l'usine   de   Terre-Blanche   commence   à   fabriquer   des   tondeuses   mécaniques   pour   les   moutons   et, à   partir   de   1878,   Peugeot   inonde   les   marchés   français   et   étrangers   de   nouvelles   fourches   en   acier beaucoup plus résistantes que celles en bois utilisées jusque-là par les paysans. Au   cours   de   l'   année   1885,   sous   l'   impulsion   d'   Armand,   le   fils   d'Emile,   la   Société   "Peugeot   frères"   prend   la décision   de   se   lancer   dans   la   production   en   série   de   la   bicyclette,   déjà   connue   depuis   un   certain   temps, mais   pas   encore   entrée   dans   les   moeurs.   A   cet   effet,   l'usine   de   Beaulieu   est   réaménagée   en   1887   et   la fabrication   des   deux   roues   commence   l'année   suivante.   La   bicyclette   est   d'   abord   mal   accueillie   par   le public,   mais   elle   ne   tarde   pas   à   connaître   une   grande   vogue.   Comme   pour   la   crinoline,   Peugeot   a   su   saisir sa   chance   en   optant   au   bon   moment   pour      la   fabrication   d'   un   prduit   voué   à   une   retentissante   carrière commerciale. A   peu   près   à   la   même   époque,   Peugeot   fait   un   autre   bon   choix   en   se   lançant   dans   la   grande   aventure   de   l' Automobile ...
Created by VAP © 2018-10
vzw BCOP - CBAP asbl     PEUGEOT CLUB BELGIUM
PEUGEOT CLUB BELGIUM
  vzw  BELGISCHE CLUB VOOR OUDE PEUGEOT’S asbl      CLUB BELGE DES ANCIENNES PEUGEOT vzw PUGDRIVERS asbl
Le CBAP Le CBAP